xxy300

 

Ce qu'on appelle le "sexe" est une catégorisation sociale binaire naturalisée. Le sexe est censé désigner le rôle dans la reproduction. Pour des placentaires comme nous, une femelle porte le fœtus, tandis qu'un mâle apporte du sperme. Mais ce n'est pas cela qu'on désigne concrètement quand on classe tout le monde, tout au long de sa vie, dans une des 2 seules cases officielles. Logiquement les personnes pré-pubères ou stériles ne devraient pas avoir de sexe. Or, on considère comme femelles des individus qui n'ont pas de fertilité femelle. Idem avec les mâles. De plus, des intersexes sont fertiles.

En pratique, on regarde ce que la personne a entre les jambes pour définir son "sexe", sans regarder ses organes génitaux internes, son sexe hormonal ou génétique. On instrumentalise des données biologiques pour catégoriser l'humanité (et +) de façon binaire. Le "sexe" est en fait une catégorisation sociale naturalisée mais qui ne repose sur rien d'objectif biologiquement.

Il est parfois – et pas tout le temps, bien au contraire – pertinent de parler des organes génitaux, mais inutile alors de parler de "sexe", d'organes mâles ou femelles. Autant évoquer directement ce dont on parle, par exemple le type de gonades (ovaires, ovotestis, testicules). Pour parler des caractères sexuels secondaires, là aussi, autant le dire directement, parler de la présence ou absence de seins ou de barbe... Pour parler de grossesse ou d'allaitement, il n'y a rien à préciser. Etc.